Neuralink, une société d’Elon Musk visant à augmenter notre cerveau pour évoluer avec l’intelligence Artificielle a tenu un événement le 17 juillet. Il nous a partagé les progrès faits en 2 ans.

Le principe global est simple, il y aura jusqu’à 10 000 électrodes dans notre                                           cerveau. Chaque électrode pourra capter et simuler un neurone.

Pour contrôler les électrode il y aura une capteur qui est reliée à 1024 électrodes.

L’intérieur du capteur N1

Dans la version 1 il y aura quatre capteurs N1 relié à l’implant N1, soit 4 096 électrodes.

Le pont N1, il contient une batterie et un émetteur Bluetooth,pas de fil à connecter à votre tête
Le Pont N1 est connecté aux 4 capteurs.

L’opération est elle risquée ?

Non, d’après les informations que l’on a eu en tout cas.

Toute l’opération se fera par un robot. La précision du robot est de quelques microns, pas de risque de veines ou de nerfs cassé. Le robot sera tout de même contrôlé par un chirurgien humain (du moins au début).

Le robot Neuralink

les électrodes sont bien plus fines qu’un cheveux humain.

A gauche un cheveux humain, a droite une électrode de Neuralink.

L’incision est de 2mm seulement, pas de grosse cicatrices donc.

L’opération est elle invasive ?

Absolument pas, l’opération ne prend que quelques heures. Il n’y a qu’une anesthésie local. Il faut préciser que les premiers patients subiront une opération plus traditionnelle (anesthésie générale par exemple).

A quoi ça sert au juste ?

« Ceci [Neuralink] a un but très noble, soigner les maladies importantes et à terme d’assurer un futur de l’humanité face à l’intelligence Artificielle. »

Elon Musk

En pratique, certains neurones pourront être stimulés pour lutter contre Parkinson en autre. On pourra aussi contrôler une souris et un clavier par exemple. Il y a plein d’applications possible, on pourrait par exemple imaginer que l’on pense à un dessin et il se réalise. Il suffit que les développeurs s’emparent de cette technologie.

En haut le mouvement que la personne voit, en bas ce que Neuralink croit voir, c’est plus ou moins correct, mais là il n’y a que 30 électrodes avec plus de 1000 on pourra faire quelque chose d’extraordinaire. Au milieu c’est le Neural Code

Pour l’instant, c’est « juste » une passerelle Cerveau-Machine, ( il y a également l’inverse mais uniquement pour soigner les maladies) mais à terme ce sera sûrement également l’inverse. Imaginez ceci : dès que vous avez une question en tête, vous ne devez même plus sortir votre téléphone, une voix dans votre tête vous dit la réponse.

La fin de la vie privée ?

Beaucoup de personnes ont peur que la société revende nos données, ils ont raison. Ce serait un désastre. Aujourd’hui, les GAFA savent déjà énormément sur nous, si demain elles peuvent accéder à notre cerveau, nous aurions des publicités ciblées qui nous concernent énormément . Cela combiné à des publicités dans notre champ visuel avec les lunettes en Réalité Augmenté. Cependant, j’ai de gros doutes que l’Union Européenne ne laisse passer ça. Avec le Règlement Général sur la Protection des Données, le fameux RGPD, l’union Européenne a par exemple obligé les entreprises à laisser le choix sur si oui on non le consommateur veut des publicités ciblées.

Répondons maintenant au titre de l’article : L’interface Humain-machine, le futur de l’humain ? Oui c’est le futur de l’humain, aujourd’hui certains font de la musculation, d’autres font du calcul mental. Dans les deux cas ils entraînent leur capacité de base. Demain on fera pareil avec nos capacités intellectuelles (aprendre une langue par exemple) sans trop d’effort avec Neuralink. Si vous êtes contre cette technologie, vous n’aurez pas le choix.

Les 5 classe de personnes en fonction de la vitesse auquel ils vont adopter une technologie

Après que la majorité tardive soit équipé de ces implants (pas forcément Neuralink) , ne pas avoir ces implants sera similaire à ne pas avoir Internet aujourd’hui. Ne pas avoir ces implants sera synonyme d’exclusion sociale. Si vous voulez toujours faire partie de la société, il faudra vous faire implanter. Un jour se faire implanter sera peut être même légalement obligatoire…

Ne vous inquiétez pas trop tout de même ça n’arrivera pas avant des décennies. Ou bien ça n’arrivera jamais, on verra bien.

Les trois buts de Neuralink :
  • Arriver jusq’à 10 240 diodes, tout ça de façon durable et sécurisé
  • À chaque étape, produire des dispositifs qui répondent aux besoins médicaux critiques non satisfaits des patients. 
  • Faire que l’opération soit aussi simple et automatisé que LASIK, une opération de l’œil qui se fait en quelques dizaines de minutes et sous anesthésie locale.

Neuralink est une technologie d’avenir, réservé pour l’instant aux malades. À l’avenir cette technologie va révolutionner notre société, autant voire plus que l’iPhone par exemple.